Posté le

Le Quotidien de Yann BARTHES a réalisé le 4 février dernier un reportage au sein du service de Neurologie du Médipôle Hôpital Mutualiste, sur un phénomène d’actualité lourd de conséquences, l’utilisation détournée du protoxyde d’azote.

Paul GASNIER a pu interroger à cette occasion les Docteurs Tarek ATROUN, Aurore BRAQUET, Lia CAMPEAN , Aymeric DE VILMAREST, Adeline GIANINA, Catherine HIREL, Martin MOUSSY et Elodie NERRANT.

Protoxyde d’azote : un “gaz hilarant” aux conséquences neurologiques lourdes

“Depuis plusieurs mois, les autorités et les médias alertent sur l’explosion de la consommation de protoxyde d’azote. Cette drogue légale et pas chère, connue pour ses effets hilarants, est très appréciée chez les plus jeunes. Et c’est encore pire depuis le début de l’épidémie de Covid. Problème : cette drogue, considérée comme inoffensive et festive par les jeunes, peut en réalité avoir des conséquences dramatiques. Paul Gasnier s’est rendu dans un hôpital de Villeurbanne, près de Lyon, où sont admis aux urgences de nombreux consommateurs pour troubles neurologiques.”

Retrouvez l’intégralité du reportage sur le lien : Protoxyde d’azote : un “gaz hilarant” aux conséquences neurologiques lourdes